Catherine MANGANO

De l'art à la thérapie



Une personne qui souhaite en savoir plus sur sa voix peut se demander quel est le lien entre, d'une part, le fait d'apprendre à chanter tout simplement et parallèlement entrer dans une démarche de développement personnel. Elle peut même avoir des doutes sur son utilité, voire sa nécessité et même sur son efficacité. Cependant, force est de reconnaître que l'exécution des vocalises classiques, même les plus simples qui s'adressent aux débutants, n'est pas à la portée du premier chanteur venu et elles peuvent parfois s'avérer d'une difficulté insurmontables pour celles et ceux qui ne sont pas nés avec un don naturel pour le chant. Ces derniers se trouvant confrontés à l'éventualité d'une situation d'échec se décourageront après quelques tentatives décevantes et renonceront à leur projet en se considérant "perdus" pour le chant. 

 

Plus on est détendu,  tranquille et plus la voix passe toute seule de façon naturelle, spontanée, sans retenue, sans peur, sans résistance.  Cela n'est, malheureusement,  pas possible pour tout le monde car, de plus en plus, la vie quotidienne soumet les gens à un stress permanent qui n'est pas pour favoriser cet état de bien-être et d'harmonie naturels.  Face à l'envie de bien chanter, des mécanismes d'auto-censure, de résistance se mettent bien souvent en place pour bloquer la voix, la retenir, l'empêcher de se laisser aller. Il est nécessaire de préparer la voix avant d'exécuter des vocalises et cela passe par un sas de décompression qui commence par la détente du corps à travers des exercices de relaxation, puis par la libération des émotions à travers des sons-réflexes interjectifs qui sont l'expression naturelle des émotions.

 

Enfin, arrive la phase d'harmonisation par la vocalisation des voyelles sacrées qui ont le pouvoir d'identifier les tensions. A cette étape-là, la parole est indispensable pour mettre des mots sur les maux. La parole permet de se remettre en phase avec la réalité présente, car le plus souvent, des blessures passées se prolonge dans le présent à notre insu et sont à l'origine de résistances et de tensions qui demandent à être reconnues, nommées pour se résorber ensuite, se résoudre dans l'acceptation. Lorsqu'on prend conscience de ce mécanisme, on comprend mieux la nécessité d'entreprendre parallèlement une approche globale de la voix qui prend en compte toute la complexité de la personne, avec un parcours qui lui spécifique, son histoire, son vécu mais aussi ses rêves, ses aspirations, tout ce à quoi elle souhaite pouvoir accéder, elle aussi et en particulier au plaisir de chanter!  



11/02/2019
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres