Catherine MANGANO

AVE PARIA- Catherine Mangano (Auteur-compositeur-interprète)



" Je parle pour lui"

Catherine Mangano est accompagnée par Richard Mesquida à la guitare et à la voix

 

 

Catherine MANGANO s’est fait connaître à travers des festivals (Francofolies, Avignon off, etc.). Elle a été éditée et produite par William Sheller (Marine Handler). Poétiquement engagée, cette pianiste chantante fait vibrer les mots avec émotion.

 

 

Auteur-compositeur-interprète, elle, s'accompagne au piano. Sa voix chaude swingue et chaloupe sur des rythmes aux influences pop-latino. Les touches noires et blanches de son clavier entremêlent harmonieusement les accords sensibles et les rythmes ensoleillés. On se prend à la petite musique des mots et le charme opère. Textes imagés, ponctués d'adages populaires, en clin d'œil à la chanson néoréaliste. Une complicité naturelle s'installe dans le climat intime de sa confidence. On décolle du réel pour rejoindre le rêve, le temps d'une évasion.

 

" Merci de nous avoir transportés dans un univers de générosité et de liberté où l'on aperçoit ce que la vie pourrait être si l'on suivait votre élan vers l'infiniment humain... Bravo!" Roger et Danielle Bensky Théâtre de la Poulie Juillet 2006 Avignon Off

 

 Elle aime, pleure et rit sur scène; se donne, se meurt, se bat avec la vie. Rares les artistes aussi habités par la force, la sensibilité et la rage dans des chansons qui pénètrent immanquablement l'auditeur, le voyeur, le voyageur. Une image de femme artiste jusqu'au plus profond de son être qui n'a qu'une ambition, son piano, sa voix, ses mots et sa musique. A donner sans compter. Chapeau bas. Elle existe. Elle est là. Ne la ratez pas. Cette artiste originale interprète un répertoire varié et vivant de chansons françaises inédites ancrées dans le ciel des poètes d'ici et d'ailleurs.

 

 

 

 AVE PARIA

 

 

Entrez dans le cercle des intimes à travers les chansons de Catherine Mangano en Piano-voix et laissez vous prendre au charme de son univers musical et poétique.

 

         

1- Piano Piano        

                                      

 

Couplet 1

Un piano dans chaque ville,

Comme une fille dans chaque port,

Ariane ne perd pas le fil

Et l’île garde son trésor.

 

Couplet 2

Comme un ami qu’elle découvre,

Qu’elle quitte et qu’elle retrouve,

De faux départs en vrais retours,

De l’aventure au grand amour :

 

Refrain

Elle monte et redescend la gamme

Sur le clavier, telle une vague.

A l’air libre, elle se retient.

 

Refrain

 

Couplet 3

Comme une femme qui se farde,

Sans jamais dénuder son corps,

La nuit, elle monte la garde,

Le jour, elle est chercheuse d’or.

 

2 - La Caravane passe

 

Refrain

La caravane passe                                   

Et les chiens aboient.

C’est le coucher du soleil                       

Sous les tropiques.

 

Couplet 1

Tempête de sable  sous le Sirocco,

Le ciel est si pâle  quand la terre a chaud.

Brûlé le visage de l’homme au chameau,

Tout au bout du voyage l’attend un bateau.

 

Refrain

 

Couplet 2

Sous un soleil de plomb sur l’océan blanc,

Transpercés de lumière, marchent les hommes du désert.

Sur une mer en flamme, les dunes font des vagues

Et la tente des nomades  se dresse sous les étoiles.

 

Refrain

 

3 – Prophète en son pays

 

Refrain

On n’est jamais roi dans son pays

Ni prophète en sa demeure,

On est juste un peu moins, un peu plus petit

Que son voisin et c’est très bien.

 

‘Faut aller voir derrière les clochers

Ecouter “Big Ben” chez  l’horloger,

Le marchand de sable est dépassé,

Descend de ton nuage, Dédé.

 

Couplet 1

‘Faut jamais être content  de tout

Pas de jaloux autour de nous,

‘Vaut mieux pas faire envie pour faire pitié,        

Look négligé ou t’es  débranché.

 

Toujours malheureux en amour,                        

Blouson clouté tout déchiré,

Rocker en lambeaux signé Rimbaud                      

Ca fait rouler les mots.

 

Couplet 2

Tu fais pleurer dans les chaumières               

Dans toutes les langues de la Terre,

Des noctambules aux nyctalopes,                   

Les premières ne seront pas les dernières.

 

Dernières images de la planète,                 

Gare aux trucages sur Internet,

Super-cyber se paye ta tête,                           

Appuie sur stop pour qu’ça s’arrête.

 

4- Je crie dans les Déserts

 

Couplet 1

‘Ya pas plus de différence entre un mendiant et un roi,

Juste une question de chance, pourquoi lui et pas toi ?

 

Refrain

Je crie dans les déserts combien riche est ma solitude 

Aux marchands de lumière, je lèguerai mes certitudes.

 

Que les plus longs discours sont réduits au silence,

Les mots ne pèsent pas lourd sur les plateaux de la balance.

 

Echangerai misère contre un p’tit peu d’amour,

Plus de douanes aux frontières juste un ticket d’retour

 

Couplet 2

‘Ya pas plus de tolérance entre un petit et un grand,

Parfois même la souffrance donne à celui qui prend.

 

Refrain

Je crie dans les déserts combien est riche ma solitude

Aux marchands de lumière, je lèguerai mes certitudes.

 

Que les plus beaux atours sont réduits en poussière

On est si peu de choses sur cette Terre

 

Echangerai misère contre un p’tit peu d’amour

Plus de douanes aux frontières juste un  ticket d’retour.

 

5 – Etoiles d’Amour

 

Couplet 1

Une étoile de mer  accrochée à la Terre

Trouva sur son chemin une étoile de Terre qui voulait voir la mer.

 

Est-ce que par bonheur vous connaîtriez l’heure

Du prochain train qui part pour l’univers ?

 

Refrain

J’suis qu’une étoile de mer  accrochée à la Terre

J’suis qu’une étoile de terre  qui voudrait voir la mer

 

Couplet 2

Une étoile de mer  accrochée à la Terre

Trouva sur son chemin une étoile de terre qui voulait voir la mer.

 

Si vous voulez m’accompagner, j’ vous promets pas d’ vous y amener.

J’ vous f’ rais une place à mes côtés, c’est tellement mieux quand on est deux.

 

Refrain

 

Couplet 3

Une étoile de mer  accrochée à la Terre

Trouva sur son chemin une étoile de terre qui voulait voir la mer.

 

Après bien des années lumières à chercher entre ciel et Terre

Le chemin qui mène à la mer, nos étoiles ont trouvé l’amour.

 

Refrain

J’suis qu’une étoile d’amour accrochée à toi pour toujours (ad lib)

 

6 – Comme des Poissons Rouges

 

Refrain

On voudrait tant toucher du doigt les étoiles,

Les emmener chez soi dans un bocal,

On les allumerait le jour, on les éteindrait la nuit

Et on les regarderait tourner dans la galaxie.

 

Comme des poissons rouges (bis)

 

Couplet 1

Et dans le sac plastique, on ferait couler l’Titanic

Avant que l’histoire n’se complique, on f’rait sauter l’élastique

 

Qui tient le monde au bout d’un fil,

Comme un pendule qui tourne dans le vide.


Refrain

 

Couplet 2

Et dans le bac à sable, on se mettrait tous à table.

Devant nos sièges éjectables,  on jugerait les coupables.

 

Qui tiennent le monde au bout d’un fil,

Comme un pendule qui tourne dans le vide.

 

Refrain

 

Couplet 3

Et dans le seau à glace,  l’image qui nage en surface,

Regarde ma vie en face et fait craquer la cuirasse

 

Qui tient mon monde au bout d’un fil,

Comme un pendule qui tourne dans le vide

 

Refrain

 

7 – Ave Paria

 

Couplet 1

Toi, le rocker au cœur tendre,  l’enfant de la rue,

Tu es né sans fortune, adoré de la foule,

Tu as donné ta voix  aux mots qu’on dit tout bas,

Où le tempo est roi.

 

Refrain

Emmène-moi avec toi,

Entre terre et ciel où tu es là.

Emmène-moi tout au bout de la nuit,                           

Bien réelle, vers l’étincelle.

 

Ave paria, ave  paria, ave paria

 

Couplet 2

Toi, le flambeur des parades, l’amant, le camarade,

Combien de femmes à prendre à ton tour de magie ?

Tu as ouvert les grilles des prisons de la ville,

Où le silence fait mal.

 

Refrain

 

Couplet 3

Toi, l’aventurier du rêve  et  dans ton poing tendu,

Tu tiens le feu de dieu  pour éclairer le monde,

Trace la voie royale vers un homme idéal

Où l’amour est Loi.

 

Refrain

 

8 – Un homme pour deux

                                                      

Couplet 1

Touche « play », s’te plait.

J’écoute la dernière

Version des  faits,

T’as pas fait exprès,

Je sais.

 

Couplet 2

Mais c’est sa voix 

Qui ne comprend pas

Pourquoi t’étais pas là 

Au dernier rendez-vous,

Explique-nous.

 

Refrain

Un homme pour deux

C’est une femme de trop

(bis)

 

Couplet 3

Touche « pause », j’expose,

‘Y aura pas d’audition,

De juge ni de prison

Mais, cette fois,

Je ne te pardonne pas.                

 

9 – Elle Aime l’Amour

 

Couplet 1

Si, de temps en temps,                                    

Elle vole à si basse altitude,

Qu’elle repense à l’enfant                          

Qui, aujourd’hui, est un adulte ;

 

Couplet 2

Si, amour-parcours,                                 

Elle s’est brisé les ailes

Et si, le souffle court,                        

Elle l’a échappé belle ;

 

Refrain

Du premier jour jusqu’au dernier

Elle aime l’amour, c’est son secret

La faute à qui et grâce à quoi

Si le hasard n’existe pas

La mise à prix c’est toute sa vie

Qu’elle joue tapis et puis tant-pis.

 

Couplet 3

Si le prince charmant                               

De la  belle au bois dormant 

N’a plus son beau cheval blanc,                  

Autant en emporte le vent. 

 

Refrain

Elle aime l’amour. (ad lib)

 

10 – Boulevard des rêves

 

Couplet 1

Parcours le monde, sans crier gare, promène ton regard        

Tu t’sens pas fort, tu t’sens tout mort.

C’est l’horreur, c’est pas l’heure.

 

Pourtant, t’as plus vingt ans,   plus le temps               

A te perdre dans des gares de hasard,

De brouillard, mon gars.

 

Sur le boulevard des rêves, tu longes la grève,

Tu quittes la scène,  tu t’désapes,

Tu traînes, promènes tes chaînes.

 

Refrain

Ta vérité vraie, c’est pas compliqué,

Tu voudrais bien y arriver  tout seul

Mais t’es pas tout seul dans tes pas,

Pas tout seul dans tes pas.

 

Couplet 2

Tu changes d’avis mais pas ton pas de course

Qui m’fait du mal à te suivre,

Glisser ma main dans ta poche.

 

Je voudrais tant t’croire,

M’dire qu’’y a d’l’espoir,                          

Tant qu’il y a d’ la vie, ‘ y a du bonheur à boire.

 

Refrain

 

11 – Je parle pour lui

 

 

Couplet 1

La bourse ou la vie, c’est fifty- fifty,

Entre le salaire de la peur et la fureur de vivre.

Le digicode de l’âme, c’est la touche miracle,

Le fard à paupières sur un regard aveugle.

 

C’est pas une série noire, une sortie de l’ombre

Au crépuscule des dieux, c’est pas une sorcière

Ni même une déesse, c’est une idée maîtresse

Pas sage comme une image, ni la beauté du diable.

 

Pont

C’est donnant-donnant, œil pour œil, dent pour dent,

Cent pour cent gagnant, à mille contre un, pur-sang.

 

Refrain

Je parle pour lui, il parle pour moi,

La loi du silence, c’est chacun pour soi.

Je chante pour lui quand il se tait pour moi.

La voix du silence me claque dans les doigts.

 

Couplet 2

Je chausse à pas de géant mes vingt-cinq printemps

Et face à la mer, j’ai une poussée de fièvre.

Je vague apesanteur dans un vaisseau spatial,

L’éponge dans le grand bleu, moi, je me fais la belle.

 

Je croque la pomme à l’est de l’Eden

Et recrache les pépins avant qu’on m’y reprenne.

Une erreur de jeunesse en jupette de  cuir

Et bracelets à clous qui tire à vue pendant la trêve

 

Des coups d’épée dans l’eau sur les bancs des lycées

A l’école de la vie, tu joues pas recto-verso

 

12 – La falaise aux oiseaux

              

Couplet 1

Quand le ciel s’étire comme un arc,                    

L’écho d’un chant aux accords black

Résonne dans les champs de coton,                            

Au-dessus de la ligne d’horizon.

 

Et les vagues se brisent sur la proue                     

De la falaise grise mise en joug,

Livrant à la folie des vents,                              

L’âme des hommes d’un autre temps.

 

Refrain

Et c’est le même sable sous nos corps bronzés,

Que foulaient les esclaves privés de liberté.

Et c’est la même vague sur leur peau brûlée

Qu’attisait la lame gorgée de liberté.

 

Alors rien ne sépare le ciel de la Terre.

Et la mer est le phare qui éclaire les airs.

 

En liberté.

 

Couplet 2

Quand le sillon blanc de l’écume                              

Détache le maillon de l’enclume,

Le fer, rougi au feu de l’azur,                           

Trace aux pieds comme une blessure.

 

Et les ailes dressées des oiseaux                       

Sont les voiles gonflées des bateaux,

Où tous les trésors des marins                                   

Se cachent dans les cals de leurs mains



17/07/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres