Catherine Mangano

Qu'est-ce qu'une mémoire traumatique?

Une mémoire traumatique se fait entendre à travers la voix lorsqu'une personne n'arrive pas à se laisser aller à chanter tout naturellement.   Cela se complique en elle mais elle ne sait pas pourquoi. L’identification de cette  difficulté est nécessaire pour pouvoir se rendre compte que quelque chose ne va pas en elle dès qu'elle essaie de chanter.   Elle ne peut pas passer à côté de ce qu'elle ressent et c'est sous la poussée de cet  aiguillon  qu'elle  accepte d'ouvrir le couvercle pour mettre en lumière les zones  d'ombres qui protègent cette mémoire traumatique.  Les souffrances anciennes sont enregistrées dans notre subconscient comme dans la boite noire d’un avion. Cette remontée à la surface entraine ensuite une plongée dans la profondeur de la personne pour remonter dans le temps et l'espace au moment où le choc s'est produit entraînant une cassure intérieure.  

 

Une mémoire traumatique est une trace laissée par une expérience douloureuse qui s’est produite dans le passé et qui se prolonge (par erreur) dans le présent. La personne continue d’en souffrir à son insu et se persuade qu’elle va bien. Elle pense que le problème est réglé depuis longtemps et ignore qu’il reste en souffrance dans les profondeurs de son inconscient.  Elle refuse ce qu’elle ne peut supporter, ce qui nourrit un état de frustration qui la bloque et déclenche, en période de saturation, une crise libérant une énergie  d'une extrême violence que la personne ne comprend pas, ne s’explique pas et qu’elle refoule avec encore plus d'énergie dès qu’elle en retrouve la force. Cette mémoire traumatique n’est pas sans effet sur sa façon de communiquer avec les autres. Elle peut se sentir en retenue dans certaines conditions et pas dans d’autres, sans explication rationnelle, sans raison. 

 

Cette zone d’ombre plonge la personne dans la perplexité et augmente son stress car son incompréhension face à elle-même grandit, ce qui développe le sentiment de perte d’identité, de confiance en soi et produit un manque d’assurance qui la fait douter et l’amène à se replier sur elle-même, à reculer devant toute initiative, toute décision qui l’engagerait vers l’inconnu. Mettre en lumière les mémoires traumatiques demande un outil susceptible de capter des informations très subtiles, sous la forme d'ondes et de vibrations telle que la voix les fait passer tout particulièrement lorsqu'elle change de langage est passe de la parole au chant.  Il faut une précision chirurgicale pour que cet instrument atteigne le "point sensible" afin de  raccorder la personne à elle-même et dont elle s'est coupée à la suite du choc traumatique. 

 

 

 

le yoga de la voix couverture.jpg

 



03/04/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres