Catherine MANGANO

Le lâcher-prise libère la voix

 

 

Faire corps avec son cœur par le relâchement du mental

 

Le regard, que l’on pose sur soi, crée une dissociation qui divise l'individu entre sa perception intérieure et l'image extérieure qu'il donne de lui et qu'il cherche à capter  lui-même comme s'il était quelqu'un d'autre. Cette rupture intérieure  le coupe de même,  de ses sensations comme de ses ressentis; Il ne peut plus se concentrer et il perd tous ses moyens. Le stress, quelle qu'en soit la cause est  à l’origine des blocages qui privent la voix de ses fréquences harmoniques.  En revanche, lorsque la personne exprime avec sincérité ce qu'elle ressent intérieurement, elle fait corps avec son cœur et le mental ne peut plus s'interposer pour faire obstacle à cette union fusionnelle en ouvrant les fréquences harmoniques de la voix qui retrouve sa musicalité naturelle.

 

L'affrontement entre la volonté de bien faire et la peur de l’échec est à l’origine de nos résistances.

 

La volonté de bien faire et la peur de ne pas y parvenir produisent une tension qui se traduit par une résistance physique, émotionnelle, mentale.  Entre volonté de contrôle et l'acceptation par le lâcher prise, l’apprenti chanteur livre un combat intérieur où s’affrontent ses tendances contradictoires. D’un côté, il veut  bien se laisser aller et, de l’autre, il se retient  de toutes ses forces; conclusions, cela l’agace de plus en plus jusqu'au blocage complet de son expression ou le lâcher-prise, c'est tout l'un ou tout l'autre!

 

« Vouloir bien Faire » ou « se laisser Etre » ?

 

Entre « vouloir bien Faire » et « se laisser Etre », cette nouvelle approche de la voix est possible à travers l'expression des émotions. Elle confronte la personne à ses résistances cachées et lui permet de découvrir sa vérité intérieure à travers, pour commencer, tout ce qui l'empêche de l'exprimer. Cette prise de conscience lâcher la pression pour accepter de se laisser aller, de se laisser Etre sans craindre le jugement des autres et surtout d'elle-même. Parallèlement, il est tout à fait naturel d’exprimer ce que l’on ressent sans réfléchir, spontanément.  Lorsqu'on est sincère, on se voit soi-même sous son vrai jour! Ce n'est pas une découverte mais une reconnaissance de ce qu'on n'a jamais cessé d'être!

 

Le passage au conscient, est un parcours de reconnaissance.

 

Dans cet apprentissage, il n’y a pas à être le meilleur. Il y a juste à donner le meilleur de soi-même avec simplicité. Le trésor est là, dans cette bienveillance que l’on s’accorde enfin, dans cette acceptation de ce qui fait de chacun un être authentique et unique, avec toutes ces imperfections qui font son charme bien au-delà des critères et des canons de la beauté!  Cette acceptation de soi-même est un dépassement des limites que nous nous posons à nous-mêmes dans notre volonté d'atteindre la perfection. Cette humilité est le premier pas vers la transcendance et l’exception. Alors oui, une fois cette étape passée, il sera possible de devenir un artiste généreux et libre en étant, d’abord et avant tout autre critère technique ou esthétique, tout simplement soi-même.



09/09/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres